dk 

    "FRESH FRUIT FOR ROTTING VEGETABLES" (1980)

 

Y-a-t il un déterminisme musical ?

Je répète pour les cancres du fond de la classe, qui roupillent près du radiateur :

Oui, y-a-t-il un déterminisme musical ?

Y-a-t-il une prédestination janséniste de nos goûts musicaux dès la naissance ou doit-on accorder une part essentielle aux facteurs environnementaux qui jalonnent les multiples évènements du petit d'homme qui met le nez à la fenêtre et qui se demande s'il n'aurait pas mieux valu  rester dans le ventre de sa mère comme un bon fils.

Le bon vieux débat de l'inné et l'acquis, sujet cher à Spinoza, le lead guitar du déterminisme.

Faut reconnaitre que çà fait froid dans le dos. Pensez donc...

Qu'on me dise qu'un biker quinquagénaire, ventripotant, sirotant sa kro, fut conçu jadis par ses darons, lors d'un concert mémorable de DEEP PURPLE, juste au moment où Ritchie Blackmore balançait la purée sur le solo de "highway star", là, d'accord la logique est respectée. les gamètes ont fait leur boulot.

Mais  penser qu'un marmot, qui, dans sa vie intra-utérine,  aura perçu pendant 9 mois les borborygmes insupportables de Claude François parceque sa génitrice avait plus d'appétit qu'un barracuda, puisse un jour se défoncer les tympans à force d'écouter SLAYER ou SOULFLY, c'est scientifiquement impossible. Au mieux, il deviendra psychopathe globophage, au plus sûrement, fan de JUSTIN BIEBER ou MYLENE FARMER.

 _" Et vous Monsieur, me rétorqueront avec malice, les cancres du fond de la classe, çà vient d'où, tous vos trucs zarbi que vous écoutez ?

Je dois bien avouer que j'en sais foutre rien !!

Avoir passé son enfance (heureuse!) à écouter mon père siffloter dans son garage les plus grands succès de CHARLES TRENET et LUIS MARIANO, aurait dû me rendre Sardoumaniaque, ou mieux, enclin à vouer un culte aux VILLAGE PEOPLE.

Alors....?

Ceci dit, les vapeurs d'essence, l'huile de moteur à 2 temps de la tondeuse à gazon, la scie à métaux rouillée, ou le compresseur haute pression peuvent explique IGGY, les DEAD KENNEDYS ou le reste.