bea

L'été, c'est l'horreur!

Le cauchemar pour le fan de BLACK SABBATH ou METALLICA . L'été, c'est la saison des joies vulgaires, des exultations de masse, où le sans-dents-pue-la-sueur, la bedaine bedonnante, parade sur le front de mer au bras de sa grosse en jupette rase-bonbon. Soyons franc, Juillet et aout ne sont pas faits pour le rocker. Il n'est pas soluble dans l'eau de mer. Est-il possible de faire des chateaux de sable en santiagos ? Et du pédalo ? le perfecto n'est pas plus adapté pour partir à la pêche à la moule et au bigorneau, surtout à marée basse, que la flûte à bec est appropriée pour foutre le feu dans un solo de heavy-métal. NON ! L'environnement de la plage est définitivement hostile au rocker!  Alors, résigné, en tongs et chemise hawaïenne colorée, il opère un repli stratégique sous le parasol, reluquant d'un oeil distrait, les masses glutéales bloblotantes des nubiles pré-cellulitiques. L'été, le rocker courbe l'échine. Il fait front. Il s'enduit de crème solaire, indice 50, et s'autorise, de temps à autre, une trempette, quand le drapeau est vert et, nulle trace de méduses à l'horizon.Le fan de base d'AC/DC pourrait attendre que çà se tasse, en sirotant des blue lagoon ou des piña colada, tout en crevant les bouées des gosses qui massacrent les mouettes en leur jetant des coquillages, mais IL Y A PIRE !!!!!
Le tube ! le putain de tube de l'été ! Ce chancre infernal qui accompagne  tous les ans les chlamydiae et les mycoses saisonnières. Cette verrue carcinogène qui s'insinue dans tous vos orifices, où que soyez, quoique vous fassiez. On ne peut y échapper. Impossible d'échapper à ces  jérémiades R'n'B singées par des mulatres en marcel blanc (propre), ces roucoulades latino clownées par des bad boys en marcel blanc (graisseux) ou encore ces créatures, aux glandes mammaires body-buildées et  short XXXS, animées de spasmes élastico-croupesques.
 
                                            

lu