pt

   "FULL MOON FEVER " (1989)

Le concert a débuté depuis 20 min.

L'Arena de Duluth (Minnesota), comprenez le trou du cul du monde des Etats-Unis, est bourré jusqu'à la gueule, de bouseux du Midwest, de pop-corn et de Budweiser. "Learning to fly" et "won't back down"sont passés comme une lettre à l'US Postal, et les Hearbreakers assurent. Encore un concert sans histoire. Un de plus.

Tom entame "Refugee" pour la 4672ème fois de sa carrière (ou peut-être la 4673ème ?), puis tout à coup, juste après le fill de batterie, juste avant le changement d'accord annonçant le refrain, crac, l'artère, cette putain d'artère qui pète ! panique dans les cellules du myocarde de TOM, alerte rouge dans Ses hémisphères cérébraux. Les doigts de Tom se crispent sur ses cordes. Il ne le sait pas encore, mais il ne jouera plus jamais de sa Rickenbacker. Sa voix refuse d'émettre le moindre son. Il ne le sait pas encore, mais Tom ne chantera plus jamais "...Move West down Ventura bvd....".

Puis Tom s'écroule, lentement, si lentement qu'il entrevoit Elvis lui adresser un signe de sa banane. Sa rétine imprime pour la dernière fois, l'image d'une de ses fans du premier rang, une pimpante quinquagénaire  du Kenctuky, obèse, fière électrice de Donald Trump.

Dans un ultime effort, Tom supplie ses neurones qu'ils daignent lui permettre de saluer son public pour la toute dernière fois.

Puis l'électricité se coupe à tous les étages et le rideau tombe.

MERCI TOM PETTY. MERCI POUR TOUT.

tp