RS

Lorsque le petit Gregg BISSONETTE voit le jour, son premier rythme de batterie est celui des battements du coeur de sa maman. Ringo, écume déjà les bars à putes de Hambourg...

A 5 ans, lorsque Gregg tient pour de bon ses premières baguettes, Ringo fredonne "love me do" avec les 3 autres. Le sourire niais, Ringo a la banane derrière son kit LUDWIG...

A 11 ans, Gregg connait par coeur le "stick control" et "Accents and rebounds" de maître George Lawrence STONE. Ringo, sur le toit du monde, multi-millionnaire, prend sa retraite à Los angeles. A 30ans!

A 16 ans, Gregg, le poil au menton, tâte de la double pédale et désarticule le double-paradiddle à 200 à la noire. Il ose à peine le penser très fort, mais ô sacrilège, rougit à l'idée que ce que fait Ringo avec ses mains, il le fait avec ses pieds, mais en mieux et ...plus vite. A cette époque, Ringo fait trempette dans sa piscine de Beverley hill, mâte les croupes de naïades peroxydées en sirotant des blue lagoon. Ringo s'emmerde !!!!

Un peu plus tard, toutes les pointures s'arrachent Gregg car les requins blancs des studios se sont vite aperçus qu'il n 'était pas manchot! Ringo, quant à lui continue à patauger dans son bassin olympique de Bel-Air. Quelques album solo inoffensifs et cambrures mannequinesques à ressort  le distraient-ils tout juste de temps à autre. Ringo s'emmerde toujours. Entre 2 Blue Lagoon, Ringo se surprend tout de même à siffloter "Bungalow Bill".

Plus récemment, Ringo revient aux affaires . Terminées la piscine et les bimbos!

Le sous-marin refait surface !!

Il convoque tous les cadors de l'intelligentsia pop-rock du centre du monde LOS ANGELES et organise des râouts géants où  ils passent en revue, avec ses potes ventripotents, leurs plus gros tubes FM d'avant la guerre. Gregg est convié et ne se fait pas prier pour participer. Pour en être, il viendrait en rampant mais à quatre pattes....

C'est pas tous les jours qu'on peut partager la lumière avec un mec qui a chanté OCTOPUS GARDEN et YELLOW SUBMARINE.

 

rss

"..le batteur des BEATLES, c'est moi les gars !!!...."